Ignorer les commandes du Ruban
Passer au contenu principal
EnglishFrancais
lsd Centre de toxicomanie et de santé mentale

lsd

Le LSD

 
 

 Aperçu

 

Qu’est-ce que le LSD ?

En jargon de rue : acide, buvard, micro pointe, window pane

Le LSD (diéthylamide de l’acide lysergique) est un puissant hallucinogène, c’est-à-dire une drogue qui peut altérer la perception qu’a une personne de la réalité et qui peut modifier de manière importante ses sensations. À l’origine, le LSD est un dérivé de l’« ergot », un champignon qui pousse sur le seigle et sur d’autres céréales.

Les effets hallucinogènes du LSD ont été découverts en 1943, en Suisse, par le Dr Albert Hofmann, chimiste chercheur dans une société pharmaceutique. Les premières études qui ont été faites pour déterminer les utilisations potentielles de cette drogue portaient sur ce qu’elle pouvait révéler à propos de certains types de maladies mentales. Dans les années 1950, des intellectuels comme Aldous Huxley ont utilisé cette drogue pour sa prétendue capacité d’induire un état de « conscience cosmique ».

Le LSD a fait l’objet de nombreuses recherches dans les années 1950 et au début des années 1960. Ces recherches ont porté sur les vertus thérapeutiques de l’expérience « psychédélique » dans le traitement de l’alcoolisme et des maladies mentales chroniques et pour aider les patients en phase terminale à accepter la mort. Le LSD a également éveillé l’intérêt de la CIA pour son utilisation éventuelle dans la guerre psychologique.

L’usage récréatif du LSD a augmenté dans les années 1960, quand l’éloge de ses qualités « hallucinatoires » a été fait par des personnalités influentes comme le scientifique d’Harvard, Timothy Leary, et le romancier Ken Kesey.

Les inquiétudes concernant les effets potentiels à long terme du LSD ont mené à l’adoption de nouvelles lois permettant de limiter son usage. La vente, la possession à des fins de revente ainsi que la distribution du LSD sont punissables au Canada depuis 1962. Actuellement, le LSD n’a aucune utilité thérapeutique et est interdit à l’Annexe III de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances du Canada.

Quelle est l’origine du LSD ?

La plupart du LSD est fabriqué dans des laboratoires clandestins. Seule une quantité infime est produite légalement pour la recherche.

À quoi ressemble le LSD ?

Le LSD pur est une poudre blanche, cristalline, qui se dissout dans l’eau. Il est inodore et a un goût légèrement amer. Une dose de LSD pur pouvant induire des effets est trop petite pour être vue à l’œil nu (de 20 à 80 microgrammes). En général, le LSD est vendu sous forme de petits carrés de papier buvard, de boulettes de poudre miniatures (« micropointes ») ou de pastilles gélatineuses (« window pane »). Des personnages de bandes dessinées sont parfois imprimés sur le papier buvard.

Qui prend du LSD ?

L’éventail des personnes utilisant du LSD va de celles cherchant à se « défoncer » à celles recherchant une expérience mystique. L’utilisation du LSD a atteint son niveau le plus haut dans les années 1960 et 1970. Elle était fortement liée à la culture « hippie » des jeunes de cette époque. L’utilisation du LSD a diminué dans les années 1980 pour recommencer à augmenter dans les années 1990. Elle a diminué depuis. En effet, le pourcentage d’élèves ontariens de la 7e à la 12e année qui prennent du LSD est passé de 6,8 pour cent en 1999 à 1,8 pour cent en 2009.

Comment se prend le LSD ?

Le LSD est en général pris oralement et gardé sur la langue ou avalé ; cependant, des cas d’inhalation ou d’injection ont été signalés.


D’après Vous connaissez... Le LSD Copyright © 2001, 2010 Centre de toxicomanie et de santé mentale

 

 Effets

 

Quels sont les effets du LSD ?

Les effets du LSD dépendent de plusieurs facteurs, parmi lesquels :

• l’âge de la personne ;
• la sensibilité de la personne à cette drogue ;
• la quantité absorbée et la fréquence de consommation ;
• la durée d’utilisation ;
• la méthode d’absorption ;
• le milieu ambiant ;
• l’état médical ou psychiatrique préexistant ;
• la prise simultanée d’alcool ou d’autres substances (drogues illégales, médicaments sur ordonnance ou en vente libre, remèdes à base de plantes).

Les effets physiques potentiels du LSD comprennent engourdissement, battements de cœur accélérés, coordination réduite, frissons, nausées, tremblements, faiblesse et dilatation des pupilles. La perception de la gravité peut être altérée, allant d’une impression de lourdeur à une sensation de légèreté et de flottement.

La réaction au LSD, en général comparée à un « voyage » (« trip »), est très variable et imprévisible. Elle peut aller de l’extase à la terreur, même après une seule prise de drogue. Les personnes qui ont eu une expérience positive la première fois qu’elles ont pris du LSD peuvent très bien avoir une expérience ultérieure négative.

Les deux facteurs qui influent sur la manière dont les personnes se sentent quand elles prennent du LSD sont leur « état d’esprit », à savoir leurs attentes, leurs expériences passées et leur humeur au moment de la prise, et le milieu ou l’endroit où elles se trouvent.

Certains usagers peuvent réduire leur risque d’avoir une réaction indésirable ou de faire un « mauvais voyage » (« bad trip ») en prenant leur dose uniquement lorsqu’ils sont de bonne humeur, dans un milieu relaxant et entourés d’amis qui les soutiennent.

Le LSD entraîne des visions colorées. Les couleurs semblent plus intenses ; des halos ou des effets d’arc-en- ciel peuvent apparaître autour des objets, et les formes peuvent devenir fluides. Des formes géométriques et d’autres images aux couleurs vives peuvent apparaître, que les yeux soient ouverts ou fermés. Ces formes peuvent changer rapidement. Ces distorsions visuelles sont considérées comme des « pseudohallucinations », car les usagers savent que ce qu’ils voient n’est pas réel et est dû à la drogue. De vraies hallucinations, au cours desquelles les usagers croient en la réalité de ce qu’ils voient, sont peu fréquentes, mais peuvent survenir et être terrifiantes.

Le LSD modifie les sensations, l’humeur, les pensées, la manière dont on perçoit soi-même que la perception du monde extérieur. Cette drogue peut produire un large éventail d’états d’esprit, allant d’un sentiment de joie, d’étonnement et de sensation amplifiée, jusqu’à la panique, la confusion et l’angoisse. Les idées peuvent sembler claires et profondes ou s’enchaîner rapidement sans lien logique. Les notions de temps, de distance et d’image corporelle peuvent être déformées. La distinction entre soi-même et le monde extérieur semble s’estomper. Certains usagers décrivent une confusion des sens ; par exemple, ils « voient » un son ou « entendent » une couleur.

Quelle est la durée de ses effets ?

Les effets du LSD surviennent progressivement pendant l’heure qui suit la prise ; le pic est atteint dans les deux à quatre heures, puis les effets disparaissent progressivement. Le voyage complet peut durer jusqu’à 12 heures. L’intensité des effets dépend de l’importance de la dose.

Certains usagers se sentent déprimés ou fatigués pendant 12 à 24 heures après la fin du voyage.

Le LSD est-il dangereux ?

Il peut l’être.

Parfois, les personnes qui prennent du LSD ont l’impression que la situation leur échappe. Elles peuvent avoir l’impression de perdre leur identité ou même de se désintégrer. Une telle sensation peut entraîner un état de panique. Elles peuvent essayer de fuir cette situation, devenir paranoïaques ou adopter un comportement terrifiant ; elles peuvent également s’en prendre à leur entourage. Les personnes qui réagissent dangereusement au LSD doivent être calmées le plus possible. Si leur état ne s’améliore pas, elles doivent être amenées à un service d’urgence hospitalier pour être traitées.

Il n’existe pas de cas de décès causé uniquement par une surdose de LSD. Cependant, le LSD peut entraver la capacité de jugement et entraîner des comportements irrationnels et parfois dangereux. Cette drogue a fait croire à certaines personnes qu’elles pouvaient voler comme un oiseau ou traverser la rue sans faire attention à la circulation, entraînant des accidents parfois mortels. Chez certaines personnes, le LSD peut faire ressortir une psychose qui était sous-jacente ou aggraver un état anxio-dépressif. Les problèmes psychologiques de longue durée peuvent être dus à un mauvais voyage après une prise de LSD. Le fait de ne prendre que de petites quantités ou de petites doses de LSD ne diminue pas nécessairement le risque de mauvaises réactions. Une personne peut faire un mauvais voyage avec une faible dose alors qu’une autre pourra très bien supporter une forte dose. Toutefois, les doses importantes augmentent les effets hallucinogènes du LSD.

Du fait de sa production illégale, la pureté et la puissance du LSD peuvent varier. Si on prend du LSD, on ne peut être sûr ni de sa composition, ni de sa puissance, ni des effets que la prise risque d’entraîner. Comme le LSD altère radicalement les perceptions, il est extrêmement dangereux de conduire un véhicule sous l’effet de cette drogue.

Le LSD peut-il créer une dépendance ?

Oui. Parmi les personnes qui l’utilisent régulièrement, certaines se sentent contraintes de continuer à en prendre. La drogue prend une place démesurée dans leur vie, favorisant l’apparition de problèmes émotionnels et perturbant leur style de vie.

Les personnes qui prennent régulièrement du LSD ne ressentent pas de symptômes de manque physiques lorsqu’elles arrêtent d’en prendre. L’usage régulier de cette drogue crée cependant un phénomène d’« accoutumance » à ses effets. Ceci veut dire que si on prend du LSD de manière répétée pendant plusieurs jours, il n’a plus, à la longue, le même effet. Par contre, après quelques jours d’arrêt, les effets réapparaissent.

Quels sont les effets à long terme du LSD ?

L’utilisation de LSD peut avoir des conséquences à long terme tant chez les usagers d’un soir que chez les usagers qui en prennent régulièrement. Les effets secondaires indésirables peuvent inclure des souvenirs spontanés du « voyage », une profonde anxiété, une dépression et des Les flash-back sont la réapparition spontanée et imprévisible d’un des aspects du voyage, survenant quelque temps après que les effets initiaux de la drogue ont disparu. La personne revit des expériences émotionnelles ou visuelles qu’elle a connues sous l’effet du LSD. Ces flash-back durent en général quelques secondes ou minutes, mais peuvent se répéter à plusieurs reprises. Seuls certains usagers ont des flash-back ; par contre, les usagers qui prennent du LSD régulièrement semblent y être plus vulnérables. Ces flash-back peuvent être déclenchés par le fait de fumer de la marijuana, de boire de l’alcool, par un stress émotionnel ou par la fatigue.

Un mauvais voyage peut entraîner une dépression ou un épisode d’anxiété. L’utilisation de LSD peut s’accompagner d’une psychose ; il faut cependant savoir que ces réactions se produisent en général chez des personnes ayant des problèmes de santé mentale latents ou sous-jacents.

 

 Obtenir de l’aide

 

Aide, traitements et soutien

Les personnes aux prises avec la consommation problématique de drogues ou la dépendance ont accès à des traitements et à du soutien :

Programme de traitement de la toxicomanie de CAMH

Aide aux familles et aux amis

Ligne d’aide sur la drogue et l’alcool (ligne ouverte 24 heures par jour et 7 jours par semaine pour tous les appels provenant de l’Ontario)

Jeunesse J’écoute : 1-800-668-6868

 

 

 Ressources

 

Ressources supplémentaires de CAMH

Vous connaissez… Les hallucinogènes

Standard téléphonique 416 535-8501
Ligne d’information de CAMH Toronto: 416 595-6111 Sans frais: 1 800 463-6273
Lignes d'aide de ConnexOntario
Complexe
rue Queen
1001, rue Queen O.
Toronto (ON)
M6J 1H4
Pavillon
rue Russell
33, rue Russell
Toronto (ON)
M5S 2S1
Pavillon
rue College
250, rue College
Toronto (ON)
M5T 1R8
Nos 8 bureaux en Ontario